Hellfest J3

A Day To Remember

 

Pour ce troisième et dernier jour du Hellfest 2017, ma devise est : (un peu) moins de concerts mais plus de conférences de presse et d'interviews.

En arrivant au festival, je tombe directement sur Prong en pleine séance photo. J'en profite pour faire moi aussi quelques clichés et je suis le groupe pour sa conférence de presse. Tommy Victor est une légende et l'exact contraire d'une rock star. Il est sympathique et accessible. Prong sort un nouvel album le 28 juillet. Ecoutez-le car il est difficile de ne pas succomber à une irrépressible envie de taper du pied, de brandir le poing en rythme et de s'écorcher les cordes vocales au son des entêtants hymnes de Prong. Je pars faire quelques interviews, notamment auprès des groupes de prévention contre les risques (auditifs ou autres) mais je reviens très vite dans l'espace Presse/VIP car la conférence de presse de Prophets of Rage est annoncée. Prophets of Rage, c'est quoi ? Les musiciens de Rage Against The Machine + B-Real de Cypress Hill et Chuck D. de Public Enemy. Personne ne veut manquer ça, la salle est donc pleine à craquer. Les photographes sont un peu frustrés car le groupe n'accepte d'être pris en photo que pendant seulement 30 secondes avant de passer aux questions des journalistes présents. Questions qui tournent beaucoup autour de la politique américaine. Je m'enfonce ensuite dans la fournaise métallique, puis, après un passage au stand Rock Hard pour saluer les journalistes de ce magazine de qualité et discuter un peu, je me rends sous la Valley pour écouter Pentagram (vieux groupe de doom metal) et finalement aller boire un verre avec l'ami Eric qui me dit que la musique était puissante sur la Warzone. On en profite pour écouter un peu Alter Bridge. Le groupe, issu de l'union de la ligne musicale de Creed et du chanteur Myles Kennedy enflamme la Mainstage. C'est l'heure des achats au supermarché de l'Enfer : le bien nommé Extreme Market ! Et là, surprise, je rencontre un viel ami. C'est beau de se croiser ici ! Un petit tour sur le stand Woodbrass/Gibson, Of Mice & Men joue sur une des scènes principales, mais on attend surtout Prophets of Rage. Ce supergroupe perpétue la puissance de feu des trois groupes mentionnés plus haut mais cette incarnation n'est pas là pour surfer sur la nostalgie puisqu'elle propose également de nouveaux titres. Un concert chaud qui mélange metal et "classic hip-hop" (dixit B-Real) et qui fait bouger le public du Hellfest, Killing In The Name terminant le show en apothéose. Je suis ensuite heureux de revoir Clutch et de faire découvrir ce groupe génial à Xavier. Clutch joue un stoner rock aux accents tellement funky que tout le public se sent pousser des ailes. La journée se termine avec le show de Linkin Park. On ne présente plus ce groupe californien devenu célèbre dès son premier album Hybrid Theory sorti en l'an 2000. La recette de son succès sur la durée : un son ayant su évoluer au fil des albums en un rock alternatif mariant savamment grosses guitares, phrasé hip-hop et synthés, tout en alternant balades et fulgurances électriques.

Les jambes sont lourdes après 3 jours de festival mais l'esprit est léger et le coeur comblé.

It's not Hellfest, it's Heavenfest !!!

A l'année prochaine !

SEB (BGM)

#hellfest