Croc'Philo #10 - L'Amitié - Lundi 22/02/21

Radio G!
vous allez écouter un podcast Radio G! : Croc'Philo #10 - L'Amitié - Lundi 22/02/21
Croc'Philo
Croc'Philo #10 - L'Amitié - Lundi 22/02/21
Radio G!
vous avez écouté un podcast Radio G! : Croc'Philo #10 - L'Amitié - Lundi 22/02/21
Radio G! Bande Annonce
Novorama le vendredi à 18h00 Hebdomadaire
Radio G!
vous allez écouter un podcast Radio G! : Croc'Philo #11 - Le Désir - Lundi 22/03/21
Croc'Philo
Croc'Philo #11 - Le Désir - Lundi 22/03/21
Radio G!
vous avez écouté un podcast Radio G! : Croc'Philo #11 - Le Désir - Lundi 22/03/21
Radio G! Bande Annonce
Polemix et la voix off le samedi à 12h00 Hebdomadaire
Radio G!
vous allez écouter un podcast Radio G! : Croc'Philo #9 - L'Amour - Lundi 08/02/21
Croc'Philo
Croc'Philo #9 - L'Amour - Lundi 08/02/21
Radio G!
vous avez écouté un podcast Radio G! : Croc'Philo #9 - L'Amour - Lundi 08/02/21
Radio G! Bande Annonce
Concours de chansons RadioVision
Radio G!
vous allez écouter un podcast Radio G! : Croc'Philo #8 - Le goût de l'autre - Lundi 25/01/21
Croc'Philo
Croc'Philo #8 - Le goût de l'autre - Lundi 25/01/21
Radio G!
vous avez écouté un podcast Radio G! : Croc'Philo #8 - Le goût de l'autre - Lundi 25/01/21
Radio G! Bande Annonce
Concours de chansons RadioVision
Radio G!
vous allez écouter un podcast Radio G! : Croc'Philo #7 - Le changement - Lundi 11/01/21
Croc'Philo
Croc'Philo #7 - Le changement - Lundi 11/01/21
Radio G!
vous avez écouté un podcast Radio G! : Croc'Philo #7 - Le changement - Lundi 11/01/21
Radio G! Bande Annonce
Sons of blues le jeudi à 21h00 Hebdomadaire
Radio G!
vous allez écouter un podcast Radio G! : Croc'Philo #6 - Les Contes - Lundi 07/12/20
Croc'Philo
Croc'Philo #6 - Les Contes - Lundi 07/12/20
Radio G!
vous avez écouté un podcast Radio G! : Croc'Philo #6 - Les Contes - Lundi 07/12/20
Radio G! Bande Annonce
Intoxica le lundi à 22h00 Hebdomadaire
Radio G!
vous allez écouter un podcast Radio G! : Croc'Philo #5 - Les femmes et la philosophie (3/3), La pensée Antique - lundi 23/11/20
Croc'Philo
Croc'Philo #5 - Les femmes et la philosophie (3/3), La pensée Antique - lundi 23/11/20
Radio G!
vous avez écouté un podcast Radio G! : Croc'Philo #5 - Les femmes et la philosophie (3/3), La pensée Antique - lundi 23/11/20
Radio G! Bande Annonce
Concours de chansons RadioVision
Radio G!
vous allez écouter un podcast Radio G! : Croc'Philo #4 - Les femmes et la philosophie (2/3) Simone Weil - lundi 09/11/20
Croc'Philo
Croc'Philo #4 - Les femmes et la philosophie (2/3) Simone Weil - lundi 09/11/20
Radio G!
vous avez écouté un podcast Radio G! : Croc'Philo #4 - Les femmes et la philosophie (2/3) Simone Weil - lundi 09/11/20
Radio G! Bande Annonce
dons
Radio G!
vous allez écouter un podcast Radio G! : Croc'Philo #3 - Les femmes et la philosophie (1/3) - lundi 26/10/20
Croc'Philo
Croc'Philo #3 - Les femmes et la philosophie (1/3) - lundi 26/10/20
Radio G!
vous avez écouté un podcast Radio G! : Croc'Philo #3 - Les femmes et la philosophie (1/3) - lundi 26/10/20
Radio G! Bande Annonce
Génér'action le jeudi à 13h00 Hebdomadaire
Radio G!
vous allez écouter un podcast Radio G! : Croc'Philo #2 - La Voix - lundi 12/10/20
Croc'Philo
Croc'Philo #2 - La Voix - lundi 12/10/20
Radio G!
vous avez écouté un podcast Radio G! : Croc'Philo #2 - La Voix - lundi 12/10/20
Radio G! Bande Annonce
Concours de chansons RadioVision
Radio G!
vous allez écouter un podcast Radio G! : Croc'Philo #1 - Invitation à la philosophie - lundi 28/09/20
Croc'Philo
Croc'Philo #1 - Invitation à la philosophie - lundi 28/09/20
Radio G!
vous avez écouté un podcast Radio G! : Croc'Philo #1 - Invitation à la philosophie - lundi 28/09/20
Radio G! Bande Annonce
Harvest le jeudi à 22h00 Hebdomadaire

Et si la philosophie célébrait l'amitié ?

Illustration: Aquarelle du Petit Prince, par Saint-Exupéry, en 1940

Bonjour Annely, bonjour à tous,

Après avoir demandé à la philosophie de nous parler d’amour, voici un autre sujet dont la philosophie s’est sans doute emparée encore davantage, et ce dès l’Antiquité… C’est l’amitié, ce sentiment sans doute complémentaire à l’amour, si essentiel en tout cas, au coeur et à l’esprit.

La philia d’Aristote fait de l’amitié une vertu car elle recherche le bien. En cela, l’amitié est exigente et se défini dans son oeuvre à la fois comme egalité et réciprocité.

Il en existe des formes et des règles, ses trois formes: plaisir, utilité et donc celle de l’égalité et de la réciprocité conjointes. Se soucier de son propre plaisir ou même seulement considérer les intérêts réciproques dans la relation, ce n’est pas pour Aristote une amitié vertueuse. En revanche, vouloir réciproquement le bien de l’autre est la donnée principale de l’amitié. Cette vertu sera ainsi le ciment de la vie sociale et politique en s’ajustant avec la vertu suprême qui est pour Aristote la vérité. On retrouve ses méditations à propos principalement dans les VIII et IX de l’Ethique à Nicomaque.

Quelques siècles plus tard, Cicéron, lecteur d’Aristote, dénonce les caricatures d’amitié qui portent l’homme à la déception et aux blessures parfois profondes, et il défini l’amitié comme un sentiment qui s’entretient et reste indispensable au bonheur de l’homme.

ANNELY: Y’aurait-il des faux amis?

Les faux amis, ce serait ceux qui ne recherchent la compagnie l’un de l’autre que pour l’agrément, le plaisir, alors que l’amitié, pour Aristote et Cicéron, doit être vertueuse et désintéressée.

Elle ne peut exister véritablement qu’entre “gens de bien”, càd pour Cicéron pour ceux qui agissent avec droiture, honnêteté et générosité; et qui rejettent la cupidité, l’avidité, l’intempérance... Parce que l’amitié suppose pour lui la constance et le dévouement.

Ainsi, l’amitié est un lien plus fort et plus solide même, que le lien naturel qui existe entre les personnes d’une même famille, car, écrit-il dans son Traité sur l’amitié (écrit 50 ans avant JC): “ Sans dévouement, l’amitié perdrait tout son sens, pas la parenté.”

On entend ici que la philia n’existe pas seulement comme une négation de l’Eros qui lui ferait appel au corps et au désir charnel, mais bien comme un projet sincère d’entretien réciproque de la relation et celui d’une constante amélioration de soi. “Sans vertu, pas d’amitié possible.”, écrit Cicéron. Elle se reconnait par la perception des valeurs morales chez l’autre, ces traits de caractère que nous évoquions (comme la droiture, le refus de l’injustice…) et se développe avec la fréquentation de l’ami. Car nous souhaitons devenir l’un des proches de celui dont nous voyons et admirons les qualités. L’amitié est pour lui “une entente, au sens fort.”

Est-ce à dire que l’amour n’a rien de commun avec l’amitié? Ou au contraire que l’amitié est bien une forme d’amour?

L’amitié a ses charmes et sans doute ses mystères, quand il nous arrive de louer les qualités d’un.e ami.e que les autres ne voient pas. Il y a parfois à s’y méprendre, une telle exclusivité dans ce sentiment, que les relations et les mots échangés semblent emprunter quelque-chose à l’amour.

Montaigne à propos de son amitié avec La Boétie, décédé alors, avec il a entretenu une relation de quelques années, qui a été surtout été épistolaire, écrit dans un chapitre des Essais nommé De l’amitié : “Si l'on me presse de dire pourquoi je l'aimais, je sens que cela ne se peut exprimer qu'en répondant : “Parce-que c'était lui, parce que c'était moi.”” Une telle évidence du sentiment existe aussi dans l’amour mais s’accommode alors moins bien de la distance.

On connait cette évidence notamment quand on retrouve ses amis après que le temps sans se voir a passé et que les retrouvailles nous font vivre de nouveau la relation “comme hier…” a t-on coutume de dire (comme hier dit-on, même si ce n’est sans doute pas tout à fait vrai, mais le sentiment qui se reconnaît à la fréquentation de l’ami)… Chose bien moins aisée à vivre dans les relations amoureuses. Sur cette question d’ailleurs, Montaigne considère que l‘amitié gagne à être tempérée, égale, douce, sans l’âpreté, sans le drame ou les contradictions du désir amoureux. Désir amoureux qui meurt quant il est assouvi et gâte le sentiment alors que le désir d’amitié lui, s’affine et s’élève dans la pratique du sentiment. Il insiste aussi pour saluer la volonté libre des amis qui se choisissent, un consentement commun est la base de l’amitié, dont justement, la sexualité est exclue. Dans l’amitié, on préfère l’aimé, la personne aimée, à la rencontre de hasard des corps, qui enferme plus qu’elle ne libère selon lui. Il développe ensuite sa rencontre avec la Boétie, il loue le travail de son ami et toutes ses qualités. Sans doute aussi peut-on lire dans ces lignes tout le poids du deuil qu’il a fait de son ami et de leur relation, ainsi idéalisé. Mais on y entend comment l’ami a pu justement imprimer sa marque dans sa vie spitrituelle, l’importance durable de cette relation et le caractère irremplaçable de l’ami.

 

On pourrait penser à lire Aristote et Cicéron, ou même Montaigne que l’amitié est bien théorique et ne s’adresserait qu’aux hommes sages et érudits. Pourtant, notamment pour Cicéron, il est important de rappeler que les hommes de bien peuvent se rencontrer dans la vie de tous les jours. Il ne sont pas ceux qu’on ne rencontre jamais que dans les traités savants, ni pour autant de ceux que l’on rencontre aisément chaque jour…

ANNELY: Mais pourquoi et comment devient on ami?

A cette question Saint Exupéry répond, ou plus précisément c’est le renard du Petit prince qui nous en dit quelque-chose… Le petit prince a du chagrin, est un peu perdu sur la terre, à la recherche des hommes… Et il rencontre le renard…

Extraits sonores du Petit Prince lu par Gérard Philippe:

“- (…) Tu cherches des poules ?

– Non, dit le petit prince. Je cherche des amis. Qu’est-ce que signifie « apprivoiser » ?

- C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie « créer des liens… »

– Créer des liens ?

– Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde…

– Je commence à comprendre, dit le petit prince. (…)”

 

- (…)Tu vois, là-bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c’est triste ! Mais tu as des cheveux couleur d’or. Alors ce sera merveilleux quand tu m’auras apprivoisé ! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé… Le renard se tut et regarda longtemps le petit prince :

S’il te plaît… apprivoise-moi ! dit-il. – Je veux bien, répondit le petit prince, mais je n’ai pas beaucoup de temps. J’ai des amis à découvrir et beaucoup de choses à connaître.

– On ne connaît que les choses que l’on apprivoise, dit le renard. Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’existe point de marchands d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi !

– Que faut-il faire ? dit le petit prince.

– Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t’assoiras d’abord un peu loin de moi, comme ça, dans l’herbe. Je te regarderai du coin de l’œil et tu ne diras rien. Mais, chaque jour, tu pourras t’asseoir un peu plus près…

Le lendemain revint le petit prince.

- Il eût mieux valu revenir à la même heure, dit le renard. Si tu viens, par exemple, à quatre heures de l’après-midi, dès trois heures je commencerai d’être heureux. Plus l’heure avancera, plus je me sentirai heureux. À quatre heures, déjà, je m’agiterai et m’inquiéterai ; je découvrirai le prix du bonheur ! Mais si tu viens n’importe quand, je ne saurai jamais à quelle heure m’habiller le cœur…

Ainsi le petit prince apprivoisa le renard.”

On y retrouve le lien entre bonheur et amitié, la constance et la singularité du sentiment et de la relation, jusque dans le souvenir. L’ami donne du sens au monde. L’amitié y est aussi dépeinte comme un cheminement, une patiente expérience qui rencontre la recherche de la vérité. On y entend que l’amitié n’a pas d’âge et déborde du genre humain et que l’on peut aimer d’amitié une fleur, un animal… On peut être ami avec ce qui est différent de soi en somme, et ainsi, mettre ainsi un peu d’ordre dans l’univers…

Exigence chez Aristote, bien partagé pour Cicéron... L’amitié semble s’inscrire dans un cheminement qui sied à la philosophie et nous montre bien comment la philosophie est située dans le mouvement même de la vie et de ses expériences. Et il semble qu’une vie heureuse ne peut se passer de l’amitié. Charles de Saint-Évremont, disciple et héritier de Montaigne, libertin célèbre le miracle de l’amitié qu’il défini comme un accord entre “la rasion du philosophe, les affections de l’honnête homme et les mouvements de la nature.”

Néanmoins, nos amitiés voyagent, et si nous naviguons chacun individuellement dans nos existences, l’ami semble être un repère, un guide parfois, un refuge encore... Car si l’amitié n’est pas intéressée, elle n’est pas non plus exclusivement joie et légèreté, mais peut partager les peines et les déceptions, pour mieux sans doute, nous aider à les dépasser, et nous consoler…

Musique: L’amitié, Françoise Hardy, 1963

Emilie


lien direct :
https://www.radio-g.fr/?4131